Vivre sa foi à travers la danse

Carine Fuenzalida est danseuse de métier et enseigne plusieurs disciplines. Pour elle, cet art n’est pas qu’un simple loisir. C’est une manière de vivre la présence de Dieu!

Danser, c’est évidemment faire bouger son corps. Mais cela peut aussi être une manière d’exprimer sa foi. Depuis sa conversion, Carine Fuenzalida vit dans cette perspective: «Dieu a changé ma passion pour la danse en passion pour Christ à travers la danse.» Un beau programme, non?

Hip-hop, jazz, classique… tous les styles peuvent s’y prêter. «L’essentiel est la motivation de l’artiste. Ce qu’il cherche à transmettre à travers son art doit en premier lieu honorer Dieu», dit Carine Fuenzalida. La pro de la danse rappelle qu’en donnant notre vie à Jésus, notre corps devient le temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 6, 19). Et ça change pas mal de choses! «Quand Jésus vient régner dans ta vie, cela transforme tout ton être. A l’image de la chenille transformée en chrysalide pour devenir un merveilleux papillon, tu meurs à ton ancienne vie pour faire place à une vie nouvelle», image-t-elle. Inspiré et conduit par le Saint-Esprit, notre façon de bouger et de danser est donc nouvelle. «Tu danses pour le créateur de l’univers. Tes mouvements sont empreints de sa vie, ton corps incarne cette présence de Dieu. Ta danse devient vivante!»

Comme c’est le cas pour plusieurs loisirs, le milieu de la danse est exigeant. Il pousse généralement à la performance et au perfectionnisme. Mais en dansant pour Dieu cette pression disparaît, car nous dansons devant celui qui est parfait et saint. «Dieu t’accueille tel que tu es, tu n’as pas besoin de prouver quoi que ce soit et d’être parfait. Ton élan vers lui pour l’adorer réjouit son cœur», confirme Carine Fuenzalida, qui donne notamment des cours pour l’Ecole Psalmodia.

Danser dans une dimension de prière, c’est avant tout exprimer notre joie, notre amour et notre reconnaissance de connaître Dieu. C’est aussi vivre en intimité avec lui. Et là, tout devient possible. «Nous sommes rassurés, bénis, comblés, la tristesse fait place à la joie. Comme le dit le Psaume 22, 3 “Dieu habite au milieu des louanges de son peuple”», rappelle Carine Fuenzalida.

Et puis, la danse peut aussi être un moyen de partager notre foi. «Si ta danse est dédicacée pleinement à Dieu et que ton attitude de cœur est de l’honorer, le langage du corps devient un message puissant et libérateur pour transmettre l’Evangile», dit la pro. Alors, let’s dance!

Par Michael Bassin

Scroll To Top